Partagez

Baie-Sainte-Catherine
Villes et villages - Plein Air

Capitale mondiale de la ZENitude et des baleines, clame le slogan de ce fier petit village coincé entre eaux et bois, gardien du fleuve et du fjord. Étonnante promesse pour un hameau de quelque cents âmes, aux habitants sympathiques mais indomptables, compagnons d'une nature grandiose qu'ils fixent sans jamais ciller... mais sans jamais abandonner leur émerveillement originel non plus, toujours admiratifs devant l'incroyable palette d'ocres, de bleus et de verts qui s'offrent à eux.

ZEN, elle peut l'être et elle l'est, la vie à Baie-Sainte-Catherine, tant on y est loin de l'agitation et de l'effervescence urbaines. Sur cette large bande de terre, une grande route - celle qui traverse Charlevoix de bout en bout, sinueuse et captivante -, quelques dizaines de maisons, une coquette petite église, des clairières de bord de mer et une plage immense qui se dévoile au gré des marées. Enveloppant le tout, les bras puissants et infinis de la forêt boréale et du fleuve. Le cadre est idyllique: on y respire, sans doute, mieux qu'ailleurs.

À quelques centaines de pas s'élancent les quais, puis s'ouvre la riante crevasse du fjord du Saguenay, morceau de Norvège en Amérique. Là, la route s'arrête: pour atteindre l'autre rive, il faut voguer un peu. À l'ouest, on distingue Tadoussac, qui grimpe là où Baie-Sainte-Catherine s'alanguit. Entre les deux, le ballet incessant et hyptnothique des bélugas et des baleines, veillés par les oiseaux marins. Ah, la fraîcheur des embruns, l'exaltation de la brise marine, le rire franc de la découverte, la saine excitation de l'homme qui se frotte à plus grand et à plus ancien que lui. Il y a des vapeurs d'Odyssée, sur les bords du Saguenay! D'un côté, un havre; de l'autre, l'aventure. Pour un peu, on aurait l'âme lyrique.

Encadrant la baie qui a donné son nom au village, deux langues de terre fendent les eaux salées. La première, la Pointe-aux-Alouettes, ferme la baie à l'est. Y mettre le pied, c'est fouler un lieu riche d'histoire. En 1603, Samuel de Champlain lui-même, futur fondateur de la ville de Québec, y débarquait. Avec lui, François Gravé du Pont, chef de l'expédition. C'est à la Pointe-aux-Alouettes que Champlain mit pour une première fois de l'avant la «politique autochtone» qui serait la sienne pendant toute sa vie, et qui devait assurer la survie de la Nouvelle-France pendant ses premières décennies d'existence. Il y conclut une alliance avec les chefs de trois nations algonquiennes qui acceptèrent, pour la plus grande gloire du royame de France, que quelques Français s'installent dans la vallée du Saint-Laurent. En échange, Français et Algonquiens feront front commun contre les Iroquois.

Le site s'est enrichi depuis la visite de Champlain: la pointe fut peuplée au XIXe siècle, et depuis s'y dresse un petit ensemble d'habitations que l'on peut encore visiter aujourd'hui. On y trouve un kiosque, une chapelle, un cimetière, de même que trois résidences et leurs dépendances. Bref: dans le plus formidable des écrins, un musée à cel ouvert!

À l'autre extrémité du village, tout près du fjord et du traversier, s'élance la Pointe-Noire. On y bénéficie d'une vue époustouflante sur le fleuve, le fjord et leurs fascinants habitants, bélugas joueurs ou rorquals majestueux. Une exposition, un sentier panoramique et des belvédères transforment le promontoire en un véritable centre d'interprétation, admirablement tenu par les guides-interprètes du Parc marin du Saguenay Saint-Laurent. De quoi allier beauté, plein-air, et découverte, entre une séance de méditation sur la plage et une folle équipée en zodiac sur le fleuve.

Coup d'oeil sur le village et ses environs...

Un petit morceau d'éternité (en accéléré!), qui vous révèle les beautés de Baie-Sainte-Catherine...

Un village n'est jamais mieux raconté que par ses habitants, ceux qui le connaissent, l'aiment et le font vivre. Stéphane Chagnon, directeur général de la municipalité, et Donald Kenny, maire, portent ici la parole de leurs concitoyens et partagent leur vision de leur village. Bon visionnement, et bonne découverte!

En guise d'au revoir, nous vous invitons à explorer cet album afin de découvrir nos plus belles photos de Baie-Sainte-Catherine...





Vous pourriez aussi aimer

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Les espaces St-Étienne

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Saviez-vous que... Le don de sang

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Sur scène avec Koriass

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Un nouveau toit pour la SPCA de Charlevoix

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Personnalité - Novembre

[ Le Domaine Forget ]

Patrice Michaud

[ Ville de la Malbaie ]

La Malbaie, octobre 2017

[ Ville de la Malbaie ]

La Malbaie, septembre 2017

[ Le Domaine Forget ]

Matt Holubowsky

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Mot de la rédaction - Novembre

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Blogue La maison de cèdre

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Grand concours Go-Xplore.com

[ Vergers Pedneault ]

Cidrerie et Vergers Pedneault

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

10 questions à Daniel Poirier

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Ekasringa - en arrière-scène

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Galerie photos d'automne

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Personnalité - Octobre

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Mot de la rédaction - Octobre

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Do Terra - Le bien-être à l’état pur

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

L'Épicière de comté

[ Saint-Siméon ]

St-Siméon, juillet 2017

[ Ville de la Malbaie ]

La Malbaie, juillet 2017

[ Saint-Siméon ]

St-Siméon, aout 2017

[ Ville de la Malbaie ]

La Malbaie, aout 2017

[ Musée d'art contemporain de Baie-Saint-Paul ]

Publicité «Le temps révélé»