Partagez

Matt Holubowsky
Arts et culture - Entrevue

Un texte de Camille Dufour Truchon, une entrevue et une réalisation de Shana Warren.

De passage le temps d’une journée au Domaine Forget ici, dans notre beau Charlevoix d’automne, Matt Holubowski voyage d’inspirations en souvenirs, se livrant généreusement à notre caméra, avant de se donner encore plus sur scène…

Un voyage lent et naturel autant que dispersé et éclaté que celui de Holubowski (à dire avec un grand élan de « voix à la russe… même si c’est polonais! », nous dit-il... « RrholobowvSKI! »).

Parce que c’est bien d’un voyage dont on parle quand on l’écoute nous raconter ses racines tant humaines que musicales, un voyage avec encore une certaine part d’inconnu. Quelle sera la prochaine destination dans la carrière et le cursus de ce musicien autodidacte? Il se mouille un peu à nous livrer ses inspirations et les thèmes à propos desquels il reste tant à dire… Mais attention! Tout cela est mouvant, la vie de tournée laisse trop peu d’espace pour bien y penser. Que ce soit pour s’établir dans un style de musique comme dans une carrière, Matt semble avancer avec instinct, un parcours d’essais, d’erreurs et de succès. Il dessine tranquillement son itinéraire, un pas à la fois. C’est qu’il a des racines, aussi, autant que l’envie de s’envoler!

Alors que son père et son grand-père ont quitté leur Pologne natale et leur condition de pauvres fermiers vers un Québec où ils souhaitaient voir leur descendance s’épanouir, Matt Holubowski grandit à cheval entre deux cultures. Entre francophones et anglophones, il ne se voit pas choisir. Ce sont deux mondes qui lui sont ouverts et qu’il souhaite explorer. Mais les deux grandes solitudes ne sont pas totalement encore choses du passé. Il reste à faire et Matt grandit en bon diplomate, médiateur en équilibre entre ses deux langues, entre aussi ses deux cultures.

Est-ce ainsi qu’il développera une certaine ambivalence? Alors qu’à l’enfance ses parents l’éveillent à divers styles musicaux, l’adolescence lui fera également tâter quelques terrains entre rap et métal. Au final, à la fin de l’adolescence, il découvrira d'autres classiques, d’Elliott Smith à Our Lady Peace, sans oublier Pink Floyd. Voilà, notre curieux est branché : il en pince pour les chansonniers aux sons folk, aux ambiances éthérées. Mais de là à créer, nous n’y sommes pas encore… Il s’essaie à la guitare mais refuse d’apprendre ses bases. Entre théorie et accords, son professeur le perd après seulement un mois et demi. Mais il ne lâche pas la pratique : il apprend de lui-même, atteint une certaine maîtrise avec laquelle il devient capable de créer quelques mélodies.

Un compositeur avant d’être auteur. La révélation de l’écriture, elle arrivera de la rencontre avec un professeur d’anglais l’ouvrant à la littérature alors qu’il est encore au cégep. Encore incertain, encore entre deux chaises, le jeune Matt pense à devenir nutritionniste ou comptable. Finalement, en bon philanthrope, il choisit d’étudier le monde par des études universitaires en sciences politiques et en philosophie, de même que par le voyage : sur deux ans, il visitera environ 15 pays, en Europe de l’Ouest, en Afrique, en Asie.

Le voici de retour avec un projet de jeunesse, un projet vital : créer un disque avant de mourir. La jeune vingtaine, il est loin de la mort mais, il le sent en lui, il doit faire de la musique ou il en aura des regrets! Et pourtant, pour lui, ce n’est pas un plan très sérieux… Encore moins un plan de vie! Un petit projet avant de s’établir dans la vraie vie, avec un vrai travail...

Il crée Ogen, Old Man, un disque indépendant, d’abord seulement disponible sur ITunes, dont il imprimera simplement 100 copies. Un opus issu d’une étude intense, à la limite obsessive, de Bob Dylan. Matt lira et écoutera tout au sujet de Dylan. Admirant sa poésie extraordinaire et pourtant accessible, la maîtrise de son instrument, son art, son évolution, sa capacité à s’entourer… Et voilà, son œuvre en main : Matt Holubowski, l’artiste, était né.

Un nouvel auteur-compositeur-interprète que plusieurs découvriront alors qu’il ose l’aventure de La Voix. Une machine trop grande pour lui, nous dit-il. Une expérience somme toute respectueuse des artistes, mais dont il accepte mal l’aspect voyeuriste. Au moment de la diffusion, alors que pratiquement tous les foyers du Québec le rencontrent sur leurs écrans, ne cherchez pas Matt : il a décollé, il est ailleurs… En Égypte, loin du cirque, qui lui apportera la visibilité dont il avait besoin pour poursuivre une carrière musicale dont il rêve de plus en plus mais qui lui appose du même coup une étiquette. Pas facile de gérer les attentes du public après un passage remarqué en ondes. Matt gère tout cela à sa manière, par le voyage, par l’ambivalence, par la solitude.

Il plonge dans ce dernier thème au moment d’écrire les lignes de son plus récent album - les Solitudes, au pluriel : celles des langues, des crises identitaires, des émigrés, des réfugiés, des rejetés. Les belles solitudes, celles voulues et souhaitées dans une cabine au fond des bois. Les laides, celles provoquées par la haine, la xénophobie…

Et il a encore tant à dire, peut-être encore sur un prochain disque, ce n’est pas un sujet clos, mais Matt hésite, ambivalent, entre deux chaises… C’est tout lui, c’est Matt Holubowski! Polonais-québécois, franco-anglophone, artiste ou comptable, star dans l’ombre, enraciné et en voyage…





Vous pourriez aussi aimer

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

La voie agricole IIII épisode 4

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

La voie agricole IIII épisode 3

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

La voie agricole IIII épisode 2

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

La voie agricole IIII épisode 1

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

MRC de Charlevoix-Est, Janvier 2018

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

La Performance de GO-Xplore.com reconnue

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

La virée nordique

[ Le Mont-Grand-Fonds ]

Raquette au clair de lune

[ Le Centre d'études collégiales en Charlevoix ]

Mon choix: CECC

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Bientôt l'Ode à l'hiver

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Les anciens Nordiques

[ Fairmont Le Manoir Richelieu ]

Moments Fairmont d'hiver

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Mariage Amélie et Bernard

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Grande entrevue: Justin Trudeau

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Le Mythique Reine Elizabeth et sa légende

[ La Chambre de Commerce de Charlevoix ]

Le Gala Charlevoix Reconnait

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

10 questions aux filles de OBuro

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Mot de la rédaction - Février

[ Patrice Gagnon ]

Porte-Folio Patrice Gagnon

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Pour Reprendre l'Accoutumance: Louis-Marie Lavoie

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Archives - Pour Prendre l'accoutumance: Joseph Godin

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Archives - Ma toune d'amour 2004

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Archives - Pour Prendre l'accoutumance: Ulysse Potvin

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Archives - Pour Prendre l'accoutumance: Rang St-Ours

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Archives - Pour Prendre l'accoutumance: Richard Belley

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Archives - Le carré musical 2004

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Archives - Pour Prendre l'accoutumance: La pointe chantante

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Archives - Pour Prendre l'accoutumance: Capitaine Fernand Gagnon

Le Domaine Forget