Partagez

Moments de grâce
Arts et culture - Entrevue

Un texte et une entrevue de Nathan Murray. Photos et réalisation vidéo: Shana Warren.

Un sourire ému, une voix qui tremble légèrement, un regard rendu brillant par des larmes retenues à grande peine et une gratitude qu'on devine infinie : Alicia Lorente, artiste-photographe, était magnifique, forte et vulnérable à la fois, lorsqu'elle est montée sur scène à l'invitation de Jacques Saint-Gelais-Tremblay, directeur général du Musée d'art contemporain de Baie-Saint-Paul. Simple et vraie, elle a prononcé tout juste quelques mots de remerciement, adressés aux petites femmes emplies d'affection et de sérénité qui lui faisaient face, aux premiers rangs de l'assistance. Réunies dans la grande salle d'exposition du Musée, les Petites Franciscaines de Marie se sont levées d'un même mouvement, applaudissant chaleureusement celle qui, pendant deux semaines, avait partagé leur vie afin d'en préserver la mémoire. Le moment était beau. Pudiquement, dignement, de nombreuses soeurs ont porté un mouchoir blanc aux coins de leurs yeux, essuyant quelques larmes. Instant rare, instant précieux.

Derrière la photographe, couvrant presque complètement l'un des murs de la vaste salle, une mosaïque de portraits. Magnifiées par le regard ému de l'artiste, toutes les soeurs de la congrégation sont réunies là, en un ultime hommage. Hommage des religieuses à leur demeure de tant d'années et à sa longue histoire, d'abord. Hommage d'une photographe à ces dames au coeur immense qui lui ont ouvert leurs portes, ensuite. Hommage de toute une communauté - celle des habitants de Baie-Saint-Paul, de Charlevoix, de tout le Québec - à ces grandes bâtisseuses et à leur oeuvre immortelle, enfin.

Avec l'exposition Le Temps révélé, on découvre les Petites Franciscaines de Marie dans leur intimité, se plaît à dire Jacques Saint-Gelais-Tremblay. Dans leur humanité, plutôt, aurait-on envie de répliquer. Une humanité ordinaire, quotidienne, désarmante de simplicité : l'humanité tranquille et généreuse des files d'attente à la cafétéria, des repas pris en commun, des prières solitaires, des heures de travail à la Procure ou à la buanderie; celle des chant choraux, des cérémonies religieuses, des fêtes et des jubilés; celle des postures, des traits, des sourires et des regards ; celle des tâches du jour et du jour qui finit. Cette humanité, Alicia Lorente l'a côtoyée, elle s'en est imprégnée ; elle a su l'immortaliser et la fixer sur pellicule, avec vérité et sensibilité. Ses photos sont autant de prières intimes, d'actes de foi. Tous s'y retrouveront : l'oeuvre comme les sujets qu'elle dépeint touchent à l'universel.

Alicia Lorente a derrière elle une longue carrière de photographe. Une vocation, même, pourrait-on dire, apparue dès l'enfance, bien vite affirmée. Au fil des ans, on l'a vue photographe de mode, portraitiste, photographe documentaire, peintre même, après une rencontre marquante, qui lui fit l'effet d'une révélation. En photo, on lui doit notamment une série fameuse sur les toreros, ces farouches héros de la corrida espagnole. Serge Murphy, commissaire de l'exposition, a souligné l'improbable parenté entre les deux thèmes, le taureau et l'arène d'un côté, la prière et le don de soi de l'autre. Deux mondes qui sont plus d'autrefois que d'aujourd'hui. Deux mondes mettant en scène des âmes fortes, plus grandes que nature. Deux mondes traversés d'une sorte de transcendance, somme toute bien peu moderne, mais au fond profondément humaine.

On ne saurait nier la force tranquille, impressionnante, des Petites Franciscaines. On imagine bien le taureau courber l'échine devant l'une de ces fringantes bonnes soeurs, vaincu par leur regard doux et pétillant bien plus sûrement que par les banderilles acérées de n'importe quel torero. Il y avait quelque chose de profondément émouvant dans leur présence au musée, dans le fait de les voir là, fragiles mais solides, fermement campées sur leurs jambes usées, regardant en face les ombres de leur passé - leurs ombres. Le mot, pourtant, n'est pas juste, il cache l'essentiel : bien davantage que l'ombre d'un départ, c'est la lumière qu'Alicia Lorente a su saisir, celle qui émane des religieuses, celle qui inonde leur antique maison-mère, celle qu'on retrouvait encore, le jour du vernissage, sur leur visage empli d'une sereine tendresse.

Cette tendresse, on la retrouvait aussi dans la voix d'Alicia Lorente, qui a aimablement accepté de nous accorder une entrevue à l'occasion du vernissage des expositions estivales du Musée d'art contemporain. Elle nous parle de sa passion jamais démentie pour la photo, de son parcours et de ses choix artistiques, de son expérience parmi les Petites Franciscaine de Marie... et s'y révèle un peu.





Vous pourriez aussi aimer

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Les espaces St-Étienne

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Saviez-vous que... Le don de sang

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Sur scène avec Koriass

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Un nouveau toit pour la SPCA de Charlevoix

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Personnalité - Novembre

[ Le Domaine Forget ]

Patrice Michaud

[ Ville de la Malbaie ]

La Malbaie, octobre 2017

[ Ville de la Malbaie ]

La Malbaie, septembre 2017

[ Le Domaine Forget ]

Matt Holubowsky

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Mot de la rédaction - Novembre

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Blogue La maison de cèdre

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Grand concours Go-Xplore.com

[ Vergers Pedneault ]

Cidrerie et Vergers Pedneault

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

10 questions à Daniel Poirier

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Ekasringa - en arrière-scène

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Galerie photos d'automne

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Personnalité - Octobre

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Mot de la rédaction - Octobre

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

Do Terra - Le bien-être à l’état pur

[ Télévision communautaire Vents et Marées ]

L'Épicière de comté

[ Saint-Siméon ]

St-Siméon, juillet 2017

[ Ville de la Malbaie ]

La Malbaie, juillet 2017

[ Saint-Siméon ]

St-Siméon, aout 2017

[ Ville de la Malbaie ]

La Malbaie, aout 2017

[ Musée d'art contemporain de Baie-Saint-Paul ]

Publicité «Le temps révélé»

Musée d'art contemporain de Baie-Saint-Paul

[ Musée d'art contemporain de Baie-Saint-Paul ]

Publicité «Le temps révélé»

[ Musée d'art contemporain de Baie-Saint-Paul ]

Pierre Thibault au MACBSP: le retour d'un bâtisseur

[ Musée d'art contemporain de Baie-Saint-Paul ]

Un symposium historique

[ Musée d'art contemporain de Baie-Saint-Paul ]

MACBSP été 2017

[ Musée d'art contemporain de Baie-Saint-Paul ]

Publicité «Le temps révélé»

[ Musée d'art contemporain de Baie-Saint-Paul ]

Pierre Thibault au MACBSP: le retour d'un bâtisseur

[ Musée d'art contemporain de Baie-Saint-Paul ]

Un symposium historique

[ Musée d'art contemporain de Baie-Saint-Paul ]

MACBSP été 2017